love

S’accepter et apprendre à s’aimer

Mieux s’aimer pour mieux aimer les autres pour changer le monde…

Je ne m’aimais pas.

Je ne m’aimais pas pour chercher à disparaitre, parce que me sentant inutile et transparente. Je voulais disparaitre mais en même temps attirer l’attention sur moi sur mon mal être, mon mal de vivre. J’ai failli réussir mais mon instinct de survie a été plus fort que le cancer..

Je ne m’aimais pas pour accepter des jobs totalement à l’opposé de mes valeurs: complètement engluée dans mon yang, mon coté masculin, obnubilée par la réussite. La réussite sociale, la reconnaissance, l’argent, l’avis des autres….

Je ne m’aimais pas pour pratiquer des tarifs trop peu élevés en tant que thérapeute, des tarifs qui ne me parvenait pas à vivre simplement. Je pensais qu’en donnant tout de moi, mon temps, mon espace, mes connaissances, mon énergie, j’en serai gratifiée. .

J’ai fais fausse route, je me suis épuisée, je me suis dégoûtée de ce qui me passionnait, j’ai fait subir à mon entourage mes grand-huit émotionnels..

J’ai tout abandonné, mes valeurs, mes convictions, mes passions pour rentrer dans le moule. J’ai changé de métier plusieurs fois, pensant que le problème venait de là, que je n’avais pas encore trouvé ma voie, ma mission. .

C’était faux et vrai en même temps. Tout était présent déjà en moi, intuitivement je savais ce que je voulais faire, ce qui était fait pour moi. Mais je ne m’aimais pas suffisamment pour m’en rendre compte. Il fallait que je passe par ses étapes pour être là où je suis aujourd’hui. Je n’ai plus envie de revenir en arrière, même si tout ce que j’ai vécu était indispensable. Je ne saurai apprécier ma vie d’aujourd’hui si je n’avais pas connu la souffrance, le doute, l’ennui, le désespoir. Alors oui j’aime ma vie, mes épreuves, mes souffrances, elles étaient nécessaires pour mon évolution, pour mon cheminement. J’ai la tête dure, il fallait que la vie m’envoie des messages clairs et bruyants pour que je les entende 😄.

J’apprends chaque jour à m’aimer un peu plus, à aimer mes peurs, mes doutes, mes coups de gueule et mes coups de blues. Je ne vais pas te raconter, comme dans la plupart des cas, que j’ai eu une révélation, un burn-out ou un choc qui a changé ma vie du jour au lendemain. NON. Ce changement s’est fait en douceur, petit à petit car il n’y a pas de formule magique, pas de méthode miracle pour s’aimer. C’est une attention et une intention de chaque jour.

Je me suis fait aider, j’ai investi en moi, j’ai cru en moi et je ne regrette rien.

C’est pour tout ça aujourd’hui que je me sens légitime, je suis à ma place. A mon échelle, je peux contribuer à changer le monde. Parce que j’assume tout ce que je suis, parce que j’ai mis de la conscience et de l’amour sur mon parcours et mon job.

Sandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *